Découvrez la dernière note de conjoncture de DÉVELOPPEMENT CONSTRUCTION

MARCHÉ DE LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS : BILAN À FIN MAI 2017

Des autorisés toujours bien orientés sur 12 mois glissants (+ 12,9 %) et mieux encore sur 3 mois glissants (+ 17,9 %)

Sur 12 mois glissants

En données brutes France entière, le marché des logements autorisés enregistre une croissance de 12,9 % sur 12 mois glissants à fin mai 2017, une croissance en légère décélération par rapport à celles enregistrées ces deux derniers mois.

Sur 12 mois glissants (période allant de juin 2016 à mai 2017) et en données brutes France entière, le volume total des autorisations n’en dépasse pas moins à fin mai 2017 le seuil des 475 000 logements pour se situer précisément à 477 600 logements autorisés, contre quelque 470 800 logements à fin avril en données révisées (soit une progression additionnelle en volume d’environ 6 800 logements) et contre environ 423 000 logements un an auparavant, à fin mai 2016, soit une augmentation du volume des autorisés de l’ordre de 54 600 logements en un an.

A fin mai 2017, tous les segments du marché du logement, sans exception, ressortent à la hausse, le segment du logement collectif et celui des maisons isolées se révélant de loin les mieux orientés, avec des progressions demeurant à deux chiffres.

Dans le secteur de la maison individuelle, le marché des autorisés -tous segments confondus, maisons isolées et maisons groupées- reste très bien orienté, avec une croissance substantielle : + 11,8 %, légèrement en-deçà de celles enregistrées à fin avril et fin mars. Cette croissance procède très largement du segment des maisons isolées, celui des maisons groupées restant sensiblement en retrait en termes de dynamisme.

Plus précisément, le segment des maisons isolées continue d’afficher une belle progression : + 15,3 %, celui des maisons groupées se limitant à une progression de l’ordre de 3 %.

A fin mai 2017, ce sont 188 900 maisons individuelles qui auront été autorisées sur le marché français, dont 139 100 dans le secteur des maisons isolées et 49 800 dans celui des maisons groupées. Un niveau de marché à rapprocher des quelque 168 990 maisons autorisées un an plus tôt, à fin mai 2016, traduisant dans ce secteur de la maison individuelle un volume additionnel de logements autorisés de près de 20 000 unités en une année.

Dans le secteur du logement collectif, le marché des autorisés est toujours porté par un bon dynamisme, avec le niveau de croissance le plus élevé du secteur.

Ce marché enregistre de fait, France entière, une croissance de 16 % à fin mai, en légère accélération par rapport à celle affichée un mois plus tôt, à fin avril.

Sur le marché français, ce sont au global 252 300 logements collectifs qui auront été autorisés sur 12 mois glissants à fin mai 2017, contre quelque 217 500 unités un an auparavant, à fin mai 2016, soit une activité additionnelle de l’ordre de 34 800 logements collectifs autorisés en un an.

Dans le secteur des logements en résidences, le marché des autorisés est pratiquement étale, enregistrant à fin mai un très léger repli : – 0,3 %.

A fin mai 2017, le marché des logements en résidences aura totalisé sur 12 mois glissants un volume de 36 400 unités autorisées, contre 36 510 unités un an plus tôt, à fin mai 2016.

Sur 3 mois glissants

Sur la période du premier trimestre courant de mars à mai 2017, le marché des logements autorisés bénéficie d’une remarquable progression, avec une croissance de 17,9 % en données brutes à fin mai. Une croissance en assez forte accélération par rapport à celle enregistrée un mois plus tôt, à fin avril.

A fin mai 2017, le marché des logements autorisés s’établit à 123 600 unités sur 3 mois glissants.

Tous les segments du logement, sans exception, sont dans le vert à fin mai.

Le marché de la maison individuelle -pris dans son ensemble- s’inscrit toujours en hausse sensible à fin mai, affichant de fait une progression de 13,2 %, en retrait toutefois par rapport aux performances enregistrées à fin avril et fin mars.

Cette croissance est principalement imputable à la forte progression du segment des maisons isolées : + 17,1 %, le segment des maisons groupées n’enregistrant qu’une progression de 5,8 %.

Le marché du logement collectif est très favorablement orienté, bénéficiant d’une forte accélération des autorisés. Ce segment affiche de fait à fin mai une croissance de 22,1 %, très supérieure à celle enregistrée un mois auparavant, à fin avril.

Le marché des logements en résidences, toujours très erratique, demeure en progression, avec une croissance de 11,6 %.

Des mises en chantier toujours en progression sur 12 mois glissants (+ 14 %) et sur 3 mois glissants (+ 14,6 %)

Sur 12 mois glissants

A fin mai 2017, les mises en chantier de logements en données brutes France entière restent très positivement orientées, avec une croissance de 14 % sur 12 mois glissants.

Une croissance légèrement inférieure, toutefois, à celles enregistrées ces deux derniers mois, à fin mars et fin avril, mais traduisant, si besoin était, la bonne santé des mises en chantier de logements en France.

A fin mai, ce sont 397 700 logements commencés qui ont été réalisés en données brutes France entière.

Ce niveau de mises en chantier à fin mai 2017 est à comparer au niveau de production tel qu’il ressortait un an auparavant, à fin mai 2016 : environ 348 860 logements, soit un gain de production de près de 48 850 logements en un an.

A fin mai, tous les segments du logement -sans exception- sont dans le vert en termes de logements commencés, le segment du logement collectif bénéficiant, de loin, de la dynamique d’évolution la plus favorable.

Toujours en forte progression, le marché du logement collectif demeure ancré au-dessus du seuil des 200 000 logements commencés sur 12 mois glissants. A fin mai, il s’établit plus précisément à 212 700 mises en chantier.

Ce marché s’affiche à la hausse sur 12 mois glissants depuis maintenant plus de 21 mois avec à fin mai, une croissance de 17,9 %, comparable à celle affichée un mois auparavant, à fin avril.

Le marché des logements en résidences, qui a progressivement renoué avec la croissance depuis fin avril 2015, conserve sur 12 mois glissants une orientation positive, avec à fin mai une assez bonne progression : + 5,1 %.

A fin mai 2017, le niveau des mises en chantier pour ce segment de marché s’établit à environ 28 300 unités.

Le marché de la maison individuelle, avec 156 700 mises en chantier à fin mai, continue de bénéficier d’une bonne dynamique de progression, qui s’inscrit dans le prolongement des performances positives enregistrées tout au long de ces 11 derniers mois.

Ce marché enregistre à fin mai une progression de 10,9 % sur 12 mois glissants.

Cette progression des mises en chantier de maisons individuelles procède principalement du dynamisme du segment des maisons isolées (+ 13,3 %), et dans une moindre mesure, de celui du segment des maisons groupées (+ 3,8 %).

Le segment des maisons isolées ressort à 119 200 unités mises en chantier à fin mai 2017, contre quelque 105 210 unités un an auparavant, à fin mai 2016.

Le segment des maisons groupées totalise, de son côté, 37 500 unités commencées, contre près de 36 130 unités un an plus tôt.

Sur 3 mois glissants

Sur la période courant de mars à mai 2017, les mises en chantier de logements ont représenté, en données brutes France entière, un volume total de production qui dépasse le seuil des 100 000 unités.

Plus précisément, à fin mai, ce volume de production s’établit à 101 800 logements commencés.

Le marché des logements commencés enregistre sur 3 mois glissants à fin mai une hausse de 14,6 %, traduisant une croissance soutenue, légèrement inférieure toutefois à celle enregistrée un mois auparavant, à fin avril.

Tous les segments du logement -sans exception- sont inscrits à la hausse à fin mai, celui des maisons isolées affichant la plus forte progression, suivie par celui du logement collectif.

Le segment du logement collectif affiche une confortable croissance : + 15,1 % à fin mai, d’importance assez comparable à celle enregistrée au terme du mois d’avril.

A fin mai, ce segment totalise un volume de mises en chantier de 51 500 logements collectifs.

Le marché de la maison individuelle enregistre une hausse très substantielle : + 15,4 %, pour un total de 43 800 maisons mises en chantier à fin mai, dont 34 400 maisons isolées.

Cette croissance sur 3 mois glissants du marché de la maison individuelle, pris dans son ensemble, procède principalement du fort dynamisme confirmé du segment des maisons isolées (+ 19,4 %), le segment des maisons groupées, pour sa part, se limitant à une progression de 2,8 %.

Le marché des logements en résidences, toujours très erratique, enregistre à fin mai une progression modérée : + 5,9 %, un peu moindre que celle mesurée un mois auparavant et qui, elle-même, faisait suite à la forte hausse enregistrée à fin mars.

A fin mai 2017, ce marché s’établit à 6 400 unités commencées.

Toutes les régions métropolitaines sont en progression en termes de mises en chantier de logements à fin mai 2017

Le nombre des mises en chantier de logements s’établit en données brutes France métropolitaine à quelque  383 600 logements commencés à fin mai 2017 sur 12 mois glissants.

Ce volume global de production représente, pour la France métropolitaine, une croissance de près de 15,2 % des mises en chantier à fin mai, soit un taux de progression légèrement supérieur à celui affiché un mois auparavant à fin avril.

Cette progression globale, qui traduit le bon dynamisme retrouvé du marché du logement en France métropolitaine, n’en masque pas moins un certain nombre de disparités régionales.

Les 13 régions françaises s’affichent toutes en progression à fin mai 2017.

Il est à noter que 7 régions enregistrent une croissance supérieure à la moyenne métropolitaine. Il s’agit plus précisément des régions suivantes : Corse (+ 42,7 %), Hauts de France (+ 29,2 %), Provence-Alpes-Côte d’Azur (+ 24,1 %), Occitanie (+ 18,6 %), Pays de la Loire (+ 17,8 %), Ile de France (+ 15,9 %) et Bretagne (+ 15,6 %).

Première région de France eu égard au nombre de ses mises en chantier de logements, l’Ile de France est la sixième région la plus dynamique de métropole en termes de taux de croissance de logements commencés.

Les 6 autres régions métropolitaines enregistrent à fin mai 2017 une progression comprise entre + 13 % et + 3,7 %.

Il s’agit des régions Bourgogne-Franche Comté (+ 13,1 %), Centre-Val de Loire (+ 11,8 %), Nouvelle Aquitaine (+ 8,8 %), Grand Est (+ 6 %), Auvergne-Rhône-Alpes (+ 4,8 %) et Normandie (+ 3,7 %).